Lauréats

Lauréats 2017


Caetano Reis e Sousa

Lauréat du Prix Louis-Jeantet de médecine 2017

Portrait vidéo de Caetano Reis e Sousa

Né en 1968 à Lisbonne, au Portugal, Caetano Reis e Sousa a étudié la biologie à l’Imperial College de Londres, il a obtenu son doctorat en immunologie à Oxford puis a complété sa formation par un travail postdoctoral à l’Institut National de la Santé américain. Revenu au Royaume-Uni en 1998, il a créé un groupe de recherches à l’Imperial Cancer Research Fund, devenu depuis le London Research Institute. En 2015, cet Institut à été intégré au Francis Crick Institute au sein duquel Caetano Reis e Sousa dirige actuellement un groupe de recherches. Il est aussi professeur d’immunologie au département de médecine de l’Imperial College et occupe une chaire d’honneur à l’University College et au King’s College, à Londres.

En 2006, le Professeur Caetano Reis e Sousa a été élu membre de l’Organisation Européenne de Biologie Moléculaire (EMBO) et de l’Académie britannique des sciences médicales. Il a été élevé au rang d’Officier de l’Ordre de Sant’Iago da Espada par son pays natal, le Portugal, en 2009. Il fait partie de l’index Thomson Reuter recensant les chercheurs fréquemment cités dans les revues scientifiques. Il a par ailleurs reçu de nombreuses distinctions, notamment, en 2002, le prix BD Biosciences décerné par la société européenne des macrophages et des cellules dendritiques (EMDS), le prix Liliane Bettencourt pour les sciences du vivant (2008) et le prix pour l’excellence en recherches fondamentales et translationnelles décerné de la Société européenne d’investigation clinique (2011).

Les cellules dendritiques : des détecteurs de pathogènes et des lésions des tissus

Lorsque des agents pathogènes - bactéries, virus ou champignons - pénètrent dans l’organisme, ils provoquent une importante réponse du système immunitaire qui les élimine. Le Professeur Caetano Reis e Sousa a découvert que lorsque des virus ou des champignons pathogènes se retrouvent dans les cellules, ils sont détectés par des capteurs spécifiques qui émettent des signaux déclenchant l’immunité. Il a aussi montré que des filaments d’actine – qui forment le «squelette» des cellules et qui se trouvent mis à nu lorsque la cellule est endommagée et que sa membrane est rompue - peuvent provoquer le même type de réponse. Cela signifie que le système immunitaire répond non seulement aux agents pathogènes, mais aussi à la mort des cellules induite par une infection ou le développement d’un cancer.

De nombreux récepteurs et mécanismes impliqués dans la détection des pathogènes et des cellules mortes sont exprimés par des cellules immunitaires spécialisées, les cellules dendritiques (CD). Caetano Reis e Sousa a contribué à élucider la manière dont les CD intégraient diverses informations sensorielles et coordonnaient la réponse immunitaire. Il a ensuite étudié comment les CD se développaient à partir des progéniteurs des globules blancs présents dans la moelle osseuse et il a identifié un sous-type spécialisé de cellules dendritiques humaines, nommées CD1, qui jouent un rôle essentiel dans l’immunité anticancéreuse et antivirale. Les travaux du Professeur Caetano Reis e Sousa éclairent d’un jour nouveau les mécanismes cellulaires et moléculaires qui sont responsables de la détection, par le système immunitaire, d’une infection ou d’un cancer. Ils ouvrent ainsi la voie au développement de nouveaux vaccins et d’immunothérapies anticancéreuses.