Uğur ŞAHIN, Özlem TÜRECI et Katalin KARIKÓ
Lauréats du Prix Jeantet-Collen pour la médecine translationnelle 2022

Uğur ŞAHIN et Özlem TÜRECI, de nationalité allemande, et Katalin KARIKÓ, de nationalité hongroise, reçoivent le Prix Jeantet-Collen pour la médecine translationnelle 2022, pour le développement d’un vaccin efficace à base d’ARNm contre le virus SARS-CoV-2.

Né en 1965, Uğur Şahin a étudié la médecine à l’Université de Cologne, en Allemagne, et a obtenu une thèse de doctorat en immunothérapie du cancer. Il a ensuite travaillé comme médecin et scientifique à Cologne, Homburg, Zurich et Mayence avant d’être nommé professeur d’oncologie expérimentale en 2006 à l’Université de Mayence.

Née en 1967, Özlem Türeci a étudié la médecine à l’Université de la Sarre à Hombourg, en Allemagne, dont elle est sortie diplômée en 1992. Elle a obtenu son habilitation à l’Université de Mayence où elle est maître de conférences en immunothérapie du cancer depuis 2002. Depuis 2021, elle est également professeur d’immunothérapie individualisée à l’Institut Helmholtz HI-TRON.

Née en 1955, Katalin Karikó a étudié la biochimie à l’Université de Szeged, en Hongrie où elle a également obtenu son doctorat. Elle a ensuite rejoint la Temple University, à Philadelphie, aux États-Unis, pour ses études postdoctorales avant d’être nommée professeure adjointe à l’Université de Pennsylvanie où elle a travaillé sur l’activation immunitaire médiée par l’ARN. Depuis 2021, elle est professeure à l’Université de Szeged, en Hongrie.

En 2001, Uğur Şahin, Özlem Türeci et Christoph Huber ont cofondé Ganymed Pharmaceuticals, une société développant des anticorps monoclonaux dirigés contre des cellules cancéreuses pour une utilisation contre les cancers de l’œsophage et gastro-intestinaux. En 2008, ils ont cofondé la société de biotechnologie BioNTech, dont Uğur Şahin est le CEO et Özlem Türeci la Chief Medical Officer. Katalin Karikó a rejoint BioNTech en 2013 en tant que Vice-Présidente et est devenue Vice-Présidente senior en 2019.

Uğur Şahin, Özlem Türeci et Katalin Karikó ont reçu de nombreux prix, notamment le Prix national allemand de la durabilité (Sahin et Türeci), la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite de la République fédérale d’Allemagne (Sahin et Türeci), le Prix du Hall of Fame of German Science (Sahin et Türeci), le Prix Paul-Ehrlich (Sahin, Türeci et Karikó), le Breakthrough Prize in Life Sciences et le Lasker-DeBakey Clinical Medical Research Award (Karikó).

Un vaccin à ARNm

Les ARNm sont des molécules messagères qui transportent les informations génétiques codées par l’ADN situé dans le noyau, jusqu’à la machinerie protéique située dans le cytoplasme de la cellule. C’est là que les messages ARN sont lus et traduits en protéines pleinement fonctionnelles qui accompliront les nombreuses tâches nécessaires au fonctionnement de la cellule. Chaque ARNm code une protéine spécifique.

Les vaccins traditionnels sont basés sur des protéines, c’est-à-dire qu’ils utilisent des protéines virales qui ont été affaiblies ou désactivées pour induire une réponse immunitaire. Cependant, la culture de grandes quantités d’un virus, puis l’affaiblissement du virus ou l’extraction de la protéine, nécessitent du temps et des ressources. Dans les années 90’, une poignée de scientifiques ont exploré la possibilité de fabriquer des vaccins plus simplement. Puisque la structure exacte de l’ARNm qui fabrique la partie critique de l’enveloppe protéique d’un virus, comme la protéine spike, est connue, ils se sont demandé s’il était possible d’injecter l’ARNm en laissant la machinerie cellulaire se charger de la traduction. Si l’idée parait simple, elle a suscité peu d’enthousiasme dans la communauté, car les ARNm sont des molécules instables et les ARNm exogènes produisent de fortes réactions immunitaires et sont détruits avant d’être assimilés par nos cellules. Grâce à leur persévérance au cours des 20 dernières années, Uğur Şahin, Özlem Türeci et Katalin Karikó ont joué des rôles clés et complémentaires dans le développement d’un vaccin cliniquement efficace et sûr à base d’ARNm contre le COVID-19. D’abord, dans le cadre d’une recherche révolutionnaire, Katalin Karikó, en collaboration avec Drew Weissman, a étudié l’activation immunitaire médiée par l’ARN et découvert qu’en apportant des modifications spécifiques aux nucléosides de l’ARNm, il était possible de supprimer la réponse inflammatoire de l’organisme contre l’ARNm synthétique. Quant à Uğur Şahin et Özlem Türeci, qui s’intéressent depuis longtemps aux médicaments à base d’ARNm destinés à être utilisés comme immunothérapies individualisées contre le cancer, ils ont résolu plusieurs des problèmes associés aux vaccins l’ARNm : ils ont mis au point des méthodes pour délivrer l’ARNm aux cellules dendritiques à l’aide d’un support lipidique approprié, ils en ont renforcé la stabilité et augmenté le niveau de traduction des protéines.

Les vaccins ont fait plus de bien à l’humanité que toute autre avancée médicale. Les travaux d’Uğur Şahin, Özlem Türeci et Katalin Karikó ont non seulement joué un rôle décisif dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, mais ont également prouvé le potentiel de l’ARNm comme nouvelle classe de médicaments.

Prof. Dr. Ugur Sahin

Chief Executive Officer
BioNTech SE
An der Goldgrube 12
55131 Mainz
Germany

PD Dr. Özlem Türeci

Chief Medical Officer
BioNTech SE
An der Goldgrube 12
55131 Mainz
Germany

Dr. Katalin Karikó

Senior Vice-President
BioNTech SE
An der Goldgrube 12
55131 Mainz
Germany